AU CARREFOUR des RSG du Québec

Un lieu de rencontre en toute amitié!
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 3:45

Pour votre information. Ça résume assez bien ce que je pense. :bravo:
--------------------------

Réforme des services de garde - Lettre d'une maman à une ministre
Christine Hernandez
Outremont

Édition du mardi 13 décembre 2005

À la ministre Carole Théberge

Madame,

Ces dernières semaines, nous nous sommes rencontrées à deux reprises : en commission parlementaire et sur les ondes de RDI lors de l'émission La Part des choses du 1er décembre. Je vous ai écoutée ad nauseam dans toutes vos interventions dans les médias, ou à l'Assemblée nationale. Vous m'avez amenée à étudier une loi, à m'intéresser à son cheminement dans les arcanes de notre système législatif et à mener une réflexion en profondeur sur le rôle de parent-administrateur auquel je me suis consacrée pendant trois ans.

Nous sommes des milliers de parents, dont une grande quantité de mamans, à effectuer le même exercice. À ce titre, vous avez atteint un de vos objectifs en tant que ministre de la Condition féminine, celui de développer l'intérêt des femmes pour les instances décisionnelles.

Malheureusement, votre prestation en tant que ministre passera à l'histoire comme un contre-exemple de l'apport des femmes en politique. Quel gâchis ! Une femme, et nous regrettons tous qu'il y en ait si peu en politique, chargée d'un dossier qui concerne majoritairement les conditions de travail de femmes : nos responsables de garde en milieu familial, nos éducatrices et conseillères pédagogiques, réussit à susciter une vindicte populaire sans précédent.

Vous avez fait preuve d'une attitude intransigeante et inflexible en réponse à la contestation de centaines de milliers de citoyens : 12 000 lors du rassemblement du parc Jarry, plus de 200 000 dans une pétition exceptionnelle par son ampleur et pour une collecte de signatures réalisée en trois semaines.

Une qualité déjà reconnue
Vous invoquez votre objectif de qualité des services de garde. Or il n'y a pas d'enjeu puisque la qualité du réseau est unanimement reconnue et surtout dans les centres de la petite enfance (CPE). Tout bon gestionnaire sait que la qualité ne s'obtient pas par la judiciarisation, ni par une quelconque autre forme de coercition, mais par la promotion de la qualité, l'adhésion volontaire et proactive et l'investissement par la mise à disposition d'outils et de ressources. Aussi vous créez un problème pour justifier une solution.

Quand vous démantelez le réseau des CPE en invoquant un service inégal rendu au milieu familial, vous vous trompez de cible. L'enquête de votre ministère, Grandir en qualité, reconnaissait une faiblesse de qualité dans le milieu familial et recommandait l'augmentation de l'encadrement. Cette enquête soulignait surtout la piètre performance des garderies privées. Votre projet de loi renforce pourtant ce réseau à but lucratif.

Vous faites preuve d'un clientélisme tout à fait suspect en n'écoutant que les trois associations qui, sur les 37 que vous avez invitées en commission parlementaire, sont en faveur de votre loi. Or, ces groupes représentent des intérêts privés et une conception des services de garde comme un marché lucratif. Vous n'avez réussi qu'à en trouver trois qui représentent tout au plus le tiers des places du réseau des services de garde éducatif et non pas les deux tiers comme vous tentez de le faire croire.

Vous vous êtes insurgée à plusieurs reprises pour vous dédire dès le lendemain. Rappelons le cas des articles de la loi qui ouvrent la voie à la commercialisation : un jour vous mettiez au défi quiconque de vous montrer de tels articles et dès le lendemain vous les aviez brusquement découverts. Vous vous engagiez alors à les modifier et vous ne le faites pourtant pas dans les amendements dévoilés jeudi. Pendant dix jours de commissions parlementaires, les travers de ces articles vous ont été expliqués par la plupart des groupes invités. Écoutiez-vous alors ?

Connaissance approximative
Vous semblez aussi détenir une connaissance bien approximative de la loi actuelle. Vous osez affirmer qu'elle ne parle pas de programme pédagogique et que c'est une dimension que vous apportez dans la loi 124. Or cette affirmation est totalement fausse, le programme pédagogique est cité à cinq reprises dans la loi actuelle comme condition à l'octroi d'un permis.

Vous adoptez des pratiques démocratiques douteuses qui amènent quatre des principaux organes de contrôle de nos instances à enquêter sur vos agissements : commissaire au lobbyisme, vérificateur général, protecteur du citoyen et commission d'accès à l'information.

Vous avez porté des accusations sans fondement contre tous les acteurs du réseau des CPE : mauvaise gestion des parents administrateurs, sur-rémunération des directions, détournement de fonds, intimidation des RSG par les CPE. À chaque fois, vous pratiquez une généralisation abusive basée sur des épiphénomènes que vous extrapolez. Ainsi, vous tenez des propos démagogiques tout en accusant, sans vergogne, vos détracteurs de l'être.

Vos bureaux de coordination vont mettre en concurrence tous les acteurs du réseau et notamment les CPE entre eux pour devenir des bureaux de coordination. Vous allez briser des liens de confiance qui se sont établis au fil du temps tant entre les CPE et le milieu familial, qu'entre les parents et le milieu familial. Vous allez créer deux listes d'attentes distinctes au lieu d'une.

Une mobilisation constante
Vous démotivez toutes les forces vives du réseau : gestionnaires, éducateurs et parents. Les gestionnaires étaient déjà fragilisées par le développement massif du réseau ces sept dernières années et les attaques des trois dernières années. Les acteurs du réseau ne voudront pas s'impliquer dans un modèle et un système dont ils ne partagent pas les valeurs.

Depuis trois ans que vous occupez ce ministère, vous imposez aux conseils d'administration des CPE une mobilisation constante pour contrer toutes les attaques que vous portez contre le réseau : compressions budgétaires rétroactives pendant trois ans et annoncées en milieu d'année, augmentation des frais de 5 à 7 $, tentative avortée de limitation des heures d'absences, rejet des demandes en accréditation syndicale des RSG et affirmation de leur statut de travailleuse autonome par une loi passée au bâillon, négociation des conditions salariales (renouvellement des conventions collectives), négociation de l'équité salariale, attaques contre la gouvernance des conseils d'administration et la gestion (la rémunération des DG, le détournement des subventions du milieu familial au profit de l'installation), et maintenant la loi 124 avec le retrait du milieu familial des CPE.

Combien de précieuses heures de parents bénévoles et pris dans les affres de la conciliation travail-famille ont été perdues à analyser vos mesures, évaluer les impacts, prendre position, sensibiliser les parents aux risques, participer à une mobilisation et à des actions de pression ?

Madame la ministre, vous avez perdu toute crédibilité et toute la confiance du réseau des CPE. De plus, vous avez personnalisé le débat avec l'instance que près de 80 % des CPE ont choisie pour les représenter, à savoir l'Association québécoise des centres de la petite enfance. Lorsque la communication ne passe plus entre deux acteurs, il faut en changer un. Madame la ministre, il est grand temps que vous laissiez ce ministère dans lequel vous faites tant de mal tant aux familles qu'à la condition féminine.
------------------------------------------------------


Louisa
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 4:08

Mme Hernandez aime le milieu familial...............pour la période poupon! Ensuite, hop! à l'installation!

C'est son droit......c'est son choix....

Mais moi, je me dis qu'une personne qui utilise le milieu familial comme "salle d'attente", en attendant la place en installation, c'est peut-être qu'elle n'y croit pas tant que cela, aux vertus du milieu familial.....

La question serait maintenant de savoir pourquoi alors elle souhaite que les milieux familiaux restent avec les cpe??

Pour l'argent???? Après tout, elle siège aussi sur le CA............elle est bien placée pour savoir qu'ils ont besoin de l'argent du milieu familial.....

Désolée, mais moi j'ai hâte que le débat se fasse avec des gens qui croient vraiment au milieu familial...et avec des RSG qui siège sur les CA de leurs cpe....et qui sont en mesure de dire ce qu'ils font avec l'argent versé pour la composante milieu familial....



Parole!
Revenir en haut Aller en bas
sylvette
Promis! C'est le dernier message!


Nombre de messages : 661
Date d'inscription : 03/11/2005

MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 4:19

Parole,

Tu résumes parfaitement le fond de ma pensée. Je vois que tu as écouté la petite madame à l'émission de RDI. La part des choses.

Elle m'avait fait capoté quand elle disait que son aîné était en installation que son poupon de 10 mois était en mf.

Que le milieu familial était bon pour la petite enfance. Pour elle, la petite enfance était de 0-2 ans. Pôvre, pôvre petit. Me semble qu'un enfant à droit à plus de 2 ans de petite enfance.

Donc, je suis 100%, d'accord avec toi.

Pis, je vous dis depuis 3 ans c'est de la clientèle de même que je pogne. Je prends des poupons et vlan à 18 mois, 2 ans. Ils partent comme ils disent les parents ''A petite école''.

J'ai une place de libre depuis ler novembre. Le CPE qui se sont vanté d'avoir une liste de plus 300 noms sur une liste d'attente, ne m'ont envoyé personne (trop occupé par les moyens de pression). Je me pose une question si je vais prendre un poupon (ce que je pourrai faire à la fin janvier car un poupon aura 18 mois). Oui le prendre pour qu'il me quitte à 18 mois.

Car veut, veut pas. Nous sommes vus (plusieurs pensent comme cette dame), le milieu familial comme l'école publique et l'installation comme l'école privé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 4:49

C désolant de lire des choses comme ca... :sniff:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 4:52

nous ne sommes pas des ``en attandant l'installation`` moi aussi ca me choque affraid
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 4:58

et bien moi mme pour votre lettre je ne suis pas daccord vous etes surment pas au courant de tout ce qui se passe dans tout les cpe oui il y a eu et a encore de labus et non mnous offront pas de service m.diocre
Revenir en haut Aller en bas
sylvette
Promis! C'est le dernier message!


Nombre de messages : 661
Date d'inscription : 03/11/2005

MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 5:07

J'aimerai savoir si dans son cpe, il y a une rsg qui siège.

Comment les parents qui font partie d'un CA puisse se faire une idée de nous, s'il ne nous connaisse pas ce qu'on ai, ce qu'on vaut, pis juste un peu notre réalité (en multi-âge).
Revenir en haut Aller en bas
sylvette
Promis! C'est le dernier message!


Nombre de messages : 661
Date d'inscription : 03/11/2005

MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 5:14

vous pouvez voir:

http://radio-canada.ca/actualite/v2/lapartdeschoses/archive53_200512.shtml

prenez le ler décembre (vous verrez la petite madame Hernandez).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 5:30

il y a des rsg dans mon CPe qui ne veulent pas avoir d'enfant de plus de 3 1/2 ans. alors c'est bien de les envoyer dans un autre type de garde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 7:44

Quand l enfant n est pas deja chez nous et que le parent appele pour une place a 3 ans et demi il se peu qu il y ai des rsg qui refuse moi ce n est pas mon cas ,mais quand tu a l enfant depuis un bout et que tu sait que tu sers de en attendant ben laisse moi te dire que c pas tres plaisant, mon cpe a chaque anné appele les enfants de nos service pour remplir leur places mais les parents sont rester avec moi. perso j en ai terminé 3 en sept passé qui commencais l ecole, je communique de temps en temps avec les parents et ca se passe tres bien ils ont meme de l avance sur les autre, alors faut croire que finalement je doit bien faire mon travail apres tout.... :soleil...:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 12:04

L'enjeu principal de cette réforme il ne faut pas se cacher pour le dire c'est l'$$$$$$$$$ du milieu familial. Si non, pourquoi les cpe viennent-ils tous le confirmer ainsi que leur association : sans le milieu familial, il n'y a plus d'installation??? C'est qu'ils aiment bien les mots « vase communiquant» , «transfert d'expertise » ou budget global c'est moins pire que de dire « nous avons utilisé le 1/3 des subventions du milieu familial pour faire vivre l'installation! ». Voilà ce que les cpe répondaient en commission parlementaire à la ministre qui posait la question.
Pourquoi on n'en parle pas???? la tribune est là pour une seule association : l'Enfant-Roi du réseau! Très contente d'être sur le chat en passant, pour le dire! Que voulez-vous, l'AÉMFQ a toujours voulu se faire discrète, être polie, mais notre cours assemblée nationale 101 on vient de se le farcir! Croyez-moi, on prend de l'expérience.
Bref, depuis des années l'AQCPE profite de sa notoriété établie. Il y a plus d'un an le voile se levait enfin sur les salaires de 10 gestionnaires de cpe gagnant 100 000$. Ce n'est pas nous qui l'avons dit mais bien une enquête du gouvernement qui le confirme... des abus, parlons-en, des «vase communiquant» parlons-en! Je peux vous confirmer que pour avoir fait ma propre démarche en 2003 avoir reçue une lettre signée par le CA et qui confirme que tous les cpe utilise le budget de façon globale et indistinctement du milieu familial. De plus, chose particulière, le vérificateur externe me confirme qu'il y a effectivement des calculs distincts pour chaque type de service. Donc, 3 pour mon cpe, car ils ont 2 installations et le volet familial et que seule la directrice pourrait me donner ce chiffre, mais comme je ne fais pas patie du CA, je n'y ai pas accès! Et cela, on me l'a répondu en assemblée générale annuelle des membres. Je ne leur en veut pas, c'était permis de par la réglementation. Expliquez-moi, madame, comment un cpe, qui est à but non lucratif, peut faire un profit de 80 000 en une année? réponse, la subvention d'implantion du milieu familial! Oui madame, tout e suite après ce surplus et l'arrivée du milieu familial, une 2ème bâtisse installation a vu le jour.
J'ai toujours mené des combats dans le vie, et je peux vous dire que celui-là me tient particulièrement à coeur et comme un Pitbull, je ne lâcherai pas! La justice est là pour tous et je peux vous assurez que dans le futur, il y aura des services équitable non seulmeent pour quelques éducatrices, mais pour TOUTES les éducatrices et les 88 000 enfants qui devraient bénéficier directement ou indirectement de ces derniers. Les enfants du milieu familial sont-ils moins important pour la société? J'espère bien que non, car plus de 50% des québécois choisissent ce mode de garde.
Finalement, leur référrendum est conflictuel des intérêts de leurs membres qui soit dit en passant sont des CA de cpe, ces derniers n'ont pas de mandat d'employeur ou de représentation d'éducatrices en milieu familial.
La meilleure est leur initiative de faire un référendum! Sachant déjà que les dés étaient pipés! Même des professionnels des sondages vous le diraient, une directrice de cpe a déclaré qu'une éducatrice pouvait voter à 2 endroits: au cpe et au regroupement régional. De plus, le fait que ni la ministre ou autre association ne puissent informer les éducatrices en milieu familial de ce projet, ou de discuter tout simplement avec elles de leurs inquiétudes, car plusieurs cpe manipulent et choisissent l'information à faire connaître démontre bien la subjectivité de cette parodie!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 12:07

Ha oui, j'oubliais ce joli pictogramme qui va me changer les idées!!!! c'est ce que je vais faire

:pelter: :pelter: :pelter: :pelter: :pelter: :pelter: :pelter: :pelter:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 12:56

J'ai siégé au C.A et je confirme que c'est la façon e penser de la majorité des parents administrateurs de l'installation1)qui ne veulent pas entendre parler de nous et 2) qui se font mener par le bout du nez par la irection. Ils réflètent bien la couleur du CPE et la pratique.

Finalement, si nous aurions les services financiers nécessaires, peut-être qu'on serait quoté plus haut que les CPE. En tout cas avec la différence de budget et de ressources humaines, je trouve qu'on cote bien pour avoir été évalué sur la même échelle que les CPE.

Y vont tu nous laisser partir à nous air e même et ceux qui nous aiment vraiment, ils sont prêt à changer leur voie avec nous!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   Mer 14 Déc - 21:44

C'est normal qu'on cote bien, comme tu dis, Malika.....ON EST TRAVAILLEUSES AUTONOMES!!!


C'est connu, les entrepreneurs sont des gens qui ont à coeur leur entreprise...le travail prend un autre sens lorsque tu es ton propre employeur.

Imagines maintenant si on avait les sous destinés au milieu familial pour offrir plus de services à nos petits...

Parole!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre d'un parent administrateur dans Le Devoir de ce matin
» Changer une lettre dans un mot
» Comment humaniser les premières heures en prison ?
» conseil pour un poste en médiathèque
» Peut-on récupérer une lettre postée dans la boîte jaune ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU CARREFOUR des RSG du Québec :: AU COEUR DE NOS PRÉOCCUPATIONS COMME RSG :: Les dessous du métier de RSG :-
Sauter vers: