AU CARREFOUR des RSG du Québec

Un lieu de rencontre en toute amitié!
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Publicité dans le courrier du Sud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Publicité dans le courrier du Sud   Lun 29 Déc - 2:49

200 éducatrices attendent leur accréditation syndicale

Steeve Mercier
Actualités - 27 décembre 2008 Mise à jour à 15:34:15

LONGUEUIL. L’Alliance des intervenantes en milieu familial (ADIM) de la Montérégie progresse d’une nouvelle étape en vue de syndiquer les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial.

À la suite du jugement de la Cour supérieure autorisant la syndicalisation des RSG, l’ADIM de la Montérégie a déposé au cours du dernier mois trois requêtes en accréditation syndicale pour le territoire de l’agglomération de Longueuil. Au total, plus de 200 éducatrices rattachées aux bureaux coordonnateurs des CPE longueuillois Pour vos tout petits, Les Joyeux Calinours et L’Attrait mignon ont vu leurs demandes être acheminées à la Commission des relations du travail. Une autre requête pour les RSG associées au bureau coordonateur du CPE Au pied de l’échelle de Brossard devrait être déposée dans les prochains jours.

Affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), l’ADIM de la Montérégie a tenu à ce jour près d’une trentaine d’assemblées pour informer les RSG intéressées à se syndiquer. «Les éducatrices comprennent que le mouvement n’a rien contre les bureaux coordonateur et ne vise qu’à les reconnaître à leur juste valeur», précise la présidente régionale de l’Alliance, Chantal Simard. À l’échelle de la Rive-Sud, des requêtes en accréditation ont été déposées pour 8 des 14 bureaux coordonateurs.

1500 membres potentiels

L’ADIM de la région compte à ce jour près de 900 nouvelles membres et pourrait en compter jusqu’à 1500 au terme du processus d’accréditation en cours. Pour pouvoir déposer une requête en accréditation, l’Alliance doit obtenir la signature de la majorité des RSG rattachées à un bureau coordonnateur. «Dans certains cas, c’est plus difficile de rejoindre toutes les éducatrices car nous n’avons pas la collaboration de tous les bureaux», ajoute Chantal Simard.

Depuis 2001, de nombreuses RSG voulaient se voir reconnaître le statut de salariés, plutôt que celui de travailleuses autonomes, afin de bénéficier des avantages du Code du travail. Cette tentative avait été freinée il y a cinq ans par l’adoption de la Loi 8, qui empêchait la syndicalisation des responsables de service de garde en milieu familial. Or, le 31 octobre dernier, la Cour supérieure a invalidé cette législation. Dans son verdict, la juge Danielle Grenier a soutenu que la Loi 8 s’avérait contraire aux chartes canadienne et québécoise des droits et brimait le droit d'association des femmes.

Les requêtes déposées par l’ADIM seront entendues à la Commission des relations du travail dès janvier prochain. En plus de la reconnaissance du droit à la syndicalisation, le changement de statut des RSG leur accorde les protections inhérentes aux normes du travail, l’obtention de congés fériés, des vacances ainsi que les heures supplémentaires payées.

La syndicalisation et l’amélioration des conditions salariales des 25 000 RSG en milieu familial que compte le Québec pourrait coûter annuellement plus de 1 G$


Le journaliste lui a téléphoné pour répondre a de nombreuses questions des citoyens.

Bonne Année a tous ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
 
Publicité dans le courrier du Sud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Publicité dans le courrier du Sud
» Le machiavélisme est de retour
» Retrait d'une SCM
» Vols long courrier : comment s'occuper dans l'avion ?
» L’amour est dans le pré 2015 : Ouverture du courrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU CARREFOUR des RSG du Québec :: AU COEUR DE NOS PRÉOCCUPATIONS COMME RSG :: Les dessous du métier de RSG :-
Sauter vers: